jeanfrancoispeyret.fr

Les journaux de Jean-François Peyret, 2001 à 2008, sont téléchargeables ici

lundi 22 décembre 2008

Classé dans : Journal 2008-2 — admin @ 11 h 46 min

Au petit déjeuner dans un vieux Canard, j’apprends que France 2 va diffuser pour Noël et en direct, Oscar, une opération Tapie, depuis le Théâtre de Paris. Une telle information qui vaut toutes les analyses critiques sur l’état du théâtre,de la culture et surtout de la télévision en France. Les gens aiment bien se marrer, dit l’intéressé.

Respirer un grand coup et nager sous l’eau, le temps qu’il faudra. Facile à dire. Boire la tasse, sans doute.

Dans un des fichiers du Th et son tr, un passage sur la familiarité qui n’est pas mal. Lettres familières, une vieille passion chez moi. Machiavel. La familiarité avec une époque, la Renaissance disons pour faire vite, avec des auteurs. Il y a aussi des parages familiers (il s’agit de parages intellectuels où mon cerveau navigue ; toujours les mêmes problèmes qui l’occupent, pour le dire autrement). Puis-je parler de familiarité avec la science ? Avec des scientifiques, peut-être. Avec la science, je me permets quelques familiarités.

Familiarité : antidote à la rigidité rhétorique (voir Carlo M). L’intimité contre la fausse objectivité de la fausse science (humaine). Une idée qui me vient comme ça et qui n’a pas grand-chose à voir : entre famille et familistère.

Les « Familiers de l’Inquisition » : expression bizarre.

Une épreuve que cette relecture du “livre“. Je préférerais en lire déjà les épreuves…Un exercice de haine de soi. Trop marqué par la névrose littéraire. Tant qu’à faire, autant parler du théâtre, quand même, puisqu’il aura occupé le plus clair de mon temps.

mardi 23 décembre 2008

Ma mère aurait aujourd’hui cent trois ans.

Histoire d’amour : faire comme le crétin d’Horace qui attend pour traverser la rivière qu’elle ait fini de couler.

Technologie (vieille) : mes vieilles machines me lâchent : mon vieux Grundig transistor musicassette, ça s’appelait (acheté dans les années 70 quand j’installai mon bureau dans l’atelier de la rue “Première Campagne“), le vieux répondeur du boulevard Beaumarchais, mon premier répondeur. Il ne manquerait plus que j’envoie à la casse, pour une prime mesquine, la petite vieille Ford de ma mère. Ma prédilection pour les vieilles choses, pas n’importe quelles choses, des machines, les vieilles machines qui tiennent le coup et qui nous rappellent à leurs bons souvenirs, ceux des époques révolues. Déjà l’encore plus ancien transistor, vestige des années 60, notre vieux Kurer, kaputt, veut plus sélectionner les stations. Que faire ?

Je lis un livre stupide de suffisance académique vieillotte sur la bêtise. Ce Michel Adam, inconnu au bataillon (dans quel monde vit-il ?), se croit bêtement plus malin que les “rudes“ comme dirait Saint Augustin. Il faudrait, me semble-t-il, parler de la bêtise à la première personne du pluriel. Adam a l’air de penser que la bêtise ne peut pas lui arriver. Mais quand Valéry fait dire à Teste que la bêtise n’est pas son fort, on sent et le trait d’esprit et la bêtise que Teste est en train de proférer.

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article. Adresse web de rétrolien

Laisser un commentaire

Propulsé par WordPress