jeanfrancoispeyret.fr

Les journaux de Jean-François Peyret, 2001 à 2008, sont téléchargeables ici

vendredi 29 février 2008

Classé dans : Journal 2008-1 — admin @ 21 h 34 min

Je désole.

Ce que me dit Nicolas :

Cher Jean-François,

Merci de ton coup de fil. Ce fut une escapade revigorante. J’ai hâte de pouvoir le revoir à Berthier, car je crois que je suis passé un peu à côté, ou que, tout du moins, cela m’a laissé sans voix. J’y ai repensé dans le train.

J’ai repensé aussi  à ce que tu me disais, à ce que tu me redisais même, « arrêter de faire du théâtre », et je crois peut-être comprendre un peu mieux maintenant. Et que je n’ai forcément compris hier soir. Que finalement, chacun de tes derniers spectacles, et encore plus celui-ci, était une manière d’arrêter le théâtre, un peu plus à chaque fois, d’en finir avec lui, dans un geste beckettien. Tu ne finis pas d’en finir avec lui. Tu l’épuises. Laissant peu à peu advenir autre chose, une autre forme, encore indéfinissable pour moi, plus risqué aussi. C’est finalement l’absence / présence de Perrier qui a permis ça, ainsi que la présence / étrange de Jeanne. Plus spectateur qu’acteur parfois, Perrier,  impuissant aussi mais curieux, comme dans cette séquence où il regarde la danseuse refaire l’expérience.  Un effacement ou un empêchement d’un théâtre, au profit d’une forme nouvelle. Il faut continuer d’arrêter, ou plutôt ne pas cesser d’en finir, encore longtemps, encore un moment du moins.

Amitiés.

Nicolas.

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article. Adresse web de rétrolien

Laisser un commentaire

Propulsé par WordPress